Fiche familiale
woman‎Juana DE TORALLA‏‎, fille de Arnau Alamany III DE TORALLA et Elisabeth "Isabel" DE CARDONA Y de SACIRERA‏.
Naissance ‎± 1475 Malmercat,,Provincia de Huesca,Aragon,SPAIN,‎. Profession: Dame de Malmercat
De_Toralla.png
De_Toralla.png
De_Toralla.png


Marié/ Relation avec:

manAntoni DE TORALLA‏, fils de Roger Alemany DE TORALLA Y de CASERRES et Sibilla Isabel INCONNUE ?‏.
Naissance ‎± 1460, Décès ‎± 1519 Malmercat,,Provincia de Huesca,Aragon,SPAIN,‎, approximativement 59 ans. Profession: Seigneur de Malmercat, Glorieta et Montesclado
De_Toralla.png
De_Toralla.png
De_Toralla.png


Antoni de Toralla, selon le règlement de 1497, était le seigneur de Malmercat et, il était également le seigneur du château de Glorieta et du village de Montesclado (Tragó, P., Spill manifest de totes les coses del vescomtat de Castellbò 1518 - 1519, 1982, pàg. 60)

Antoni de Toralla a peut-être épousé l'une des filles d'Arnau Alamany de Toralla (décédée en 1491 avec deux jeunes filles, Eufrasina et Joana). Le grand-père d'Arnau Alamany de Toralla s'était marié en seconde noces avec Joana de Pallars, une raison pour laquelle certains biens du comté auraient pu arriver aux Toralla.

Le mariage entre oncle et nièce, en deçà des deux articulations de la computation germanique. Cette dernière alliance est bien connue des ethnologues : il s'agit du mariage oblique où l'oncle-tuteur épouse sa pupille, récupérant de la sorte l'héritage de son frère.

Dans le recensement ordonné par Cardona en 1491, Malmercat est inclus dans les villages du Vicomté de Vilamur (17 villages). Les Toralla savaient que l’absence de titres sur Malmercat d’après les derniers comptes de Pallars. Rappelons que Bord de Pallars, frère du comte Hug Roger II, occupait Malmercat et ses biens (Castells de Boldís i Tavascan) manu militari, mais que les comtes de Pallars avaient perdu la cause de ses héritiers de Malmercat en 1377 Malmercat a peut-être été abandonné après la guerre qui a mis fin au comté de Pallars et a été occupé par Toralla, qui aurait reconstruit le château.

http://eduardg.16mb.com/malmercat/historia_toralla.htm

Le château de Malmercat est mentionné pour la première fois en l'an 1122, dans le testament du chevalier Ramon Enard, avant son pèlerinage à Jérusalem (Ramon Enard a légué l'alo qu'il avait à Malmercat à l'église de Sant Andreu au même endroit, situé en face du château lui-même.

Le château était aux mains du seigneur Malmercat du début du XIIe siècle à la fin du XIVe siècle. C'était une lignée qui restait indépendante en tant que seigneurs de l'endroit, mais un vassal, d'abord dans le puissant comté de Pallars , puis dans le vicomte voisin de Vilamur . En 1338, Pierre de Malmercat, en plus du château de Malmercat, dominait les châteaux de Llavorsí, Boldís et Tavascan, et les castlanies de Tornafort et Montenartró.

En 1373, le château de Malmercat est attaqué, volé et occupé par Roger, frère de Hug Roger II . Les derniers descendants du Malmercat ont plaidé pour reprendre possession, mais sans succès car dans le recensement effectué par ordre des Corts de Cervera et de la suppression du 1381, Malmercat appartient comme domaine du comte de Pallars.

À la fin du XVIe siècle, le château était aux mains d'une branche de la lignée de Toralla qui possédait également le château de Glorieta et le village de Monstesclado. Au début du XVIe siècle, le château de Malmercat fut transmis à une branche de la famille des Copons, qui devint bientôt connue sous le nom de Copons de Malmercat ("Le seigneur Berenguer de Copons est marié à Joana, fille et héritière du seigneur Antoni de Toralla. seigneur du château de Glorieta et de la ville de Montesclado ".)

Le château est resté entre les mains des Copons de Malmercat jusqu'au début du XIXe siècle. Par mariage, elle passerait entre les mains des Castillons et plus tard à celles de la Bielsa. Le dernier propriétaire était Ramón José de Bielsa y de Castillón (décédé en 1935), qui a vendu le château et les terres au Dr Pelayo Fontsarè Eberhart, un voisin de Sort, en 1916. Plus tard, le médecin susmentionné a vendu le château à Maison Macareno, agriculteurs du village de Malmercat

Jurisdictió

Segons lo capbreu antich, la jurisdictió civil dels dits castells e llochs és del dit Anttoni Toralla o de sos successós, e la jurisdictió criminal és del señor comte de Foix e vescomte de Castellbò. Segons emperò lo capbreu més nou dixeren los habitants de dits llochs que mossén Toralla fa la justícia d’ells e les punicions e que no•y saben alre ni may an vist fer justicia cor¬poral. Lo dit mossén Toralla met balle en dits llochs. ítem segons lo capbreu antich, los balles de dits castells o llochs poden penre gent dins los delmaris de abdós los dits castells, però si criminosos són han-los a remetre al balle de Tírvia; e aximateix digueren que dins los dits delmaris los habitants de Tírvia e aximateix de Burch ni de Farrera ni d’altres llochs no gosen metre negun bestiar fins que ells los solten per lo seu mateix.

Segons lo capbreu nou los hòmens de dits llochs digueren que sobre les dittes coses no saben res, sinó que .ha vist en Pere Vidal que madona Marga¬rida senyora de dit lloch prengué una dona que havia nom Na Comdara de Burch, la qual fugí de Burch ha Glorieta e aquí fonch presa, e vehé que a cap de certs dies la dita senyora liurà la ditta dona al baile de Tírvia e la.y tragué al palanchó de Castellarnau. E’més digueren que dins los dits delmaris los habitants de Tírvia, Burch ni Farrera ni de altres llochs no gosen metre negun bestiar fins que ells los solten per lo seu mateix.

Segons los dos capbreus, si’s met so en la terra que han acórrer e en temps de guerra que no•ls poden metra en establida, mas que si lo senyor comte de Foix fa niguna correguda en temps de guerra que hi an de anar.

Seigneur du château de la Glorieta

Les premières nouvelles concernant ce château datent de la fin du XIIIe siècle. Le château de Glorieta fut loué en 1298 par le comte de Foix et vicomte de Castellbò en gage du montant prêté à Blanca de Bellera, comtesse du Pallars Sobirà, ainsi que ceux de Tírvia, Farrera, Biuse et Arestui. Intégrée au quartier Tírvia de la vicomté de Castellbò, la cavalerie de Glorieta et Montesclado comptait 7 habitants en 1519. Pere Tragó décrit la place de Glorieta comme une ville fermée : « Le château de Glorieta et la place avec quelques maisons sont une forteresse. Il y a d'autres maisons qui ne sont pas à l'intérieur de la forteresse ». La cavalerie appartenait à Dame Joana, épouse de Berenguer de Copons, et fille et héritière d'Antoni Toralla, qui y exerçait la juridiction civile, tandis que la juridiction pénale correspondait au comte de Foix et vicomte de Castellbò.


Tragó, P., Manifeste SIPI de toutes les choses de la vicomté de Castellbò 1518 - 1519, 1982, p 60


"LA CAVALLERIA DE GLORIETA ET DE MONTESCLAT"


Le nom donné à "La Cavaleria", est un ensemble ou se trouve le château de Glorieta et le village de Montesclat, et sont situés près de la ville de Tírvia. Le château de Glorieta est une forteresse avec quelques maisons et d'autres situées à l'extérieur hors de la forteresse. Le village de Montesclat n'est pas murée. Près de de Muntesclat se trouve l'église paroissiale sous l'invocation de sainte Steva.

Ladite cavalerie et les lieux de celle-ci appartiennent à Dona Joana de Toralla fille et héritière de Monseigneur Antoni de Toralla seigneur dudit château et desdits lieux. Joana et l'épouse du seigneur Berenguer de Copons i de Vilafranca Procureur Général et Administrateur du Comté de Pallars et de Vilamur.

Juridiction

Selon l'ancien "caput breve" gestion des biens fonciers, la juridiction civile desdits châteaux et places appartient audit Antoni de Toralla ou à ses successeurs, et la juridiction pénale appartient au seigneur comte de Foix et vicomte de Castellbò. Cependant, selon le plus récent "caput breve", les habitants de ces lieux ont dit que Monseigneur Antoni de Toralla leur rend justice et les châtiments en ces lieux.

Enfant:

1.
womanJoana DE TORALLA‏
Naissance ‎± 1490 Malmercat,,Provincia de Huesca,Aragon,SPAIN,‎. Profession: Héritière de Malmercat, Glorieta et Montesclado
De_Toralla.png
De_Toralla.png
De_Toralla.png


Armes: En or, deux taureaux de sable placés un sur l’autre.

Le chiffre Deux: Il signifie l'union ...

Le Taureau : Il symbolise la force. Cet animal est associé aux actes d'armes pour lesquels un ennemi féroce a été vaincu et ses terres gouvernées.

"LA CAVALLERIA DE GLORIETA E MONTESCLAT"

On appelle "Cavaleria" cavalerie, dans laquelle se trouve [le château et les lieux de Glorieta et de Montesclat]. Ils sont mentionnés près de la ville de Tírvia. Le château de Glorieta est une forteresse avec quelques maisons, d'autres maisons se trouvent à l'extérieur qui ne sont pas dans la forteresse. Le lieu de Montesclat n'a pas de forteresse. Près du site de Muntsclat se trouve l'église paroissiale sous l'invocation de sanct Steva.

La dite cavalerie et les lieux de celle-ci sont à la dame Joana de Toralla épouse du seigneur Berenguer de Copons. Elle était la fille et héritière d'Antoni de Toralla seigneur de ce château et de ces lieux.

Tragó, P., SIPI manifest de totes les coses del vescomtat de Castellbò 1518 - 1519, 1982, pàg 60


Jurisdictió

Segons lo capbreu antich, la jurisdictió civil dels dits castells e llochs és del dit Anttoni Toralla o de sos successós, e la jurisdictió criminal és del señor comte de Foix e vescomte de Castellbò.

Segons emperò lo capbreu més nou dixeren los habitants de dits llochs que mossén Toralla fa la justícia d’ells e les punicions e que no•y saben alre ni may an vist fer justicia cor­poral. Lo dit mossén Toralla met balle en dits llochs. ítem segons lo capbreu antich, los balles de dits castells o llochs poden penre gent dins los delmaris de abdós los dits castells, però si criminosos són han-los a remetre al balle de Tírvia; e aximateix digueren que dins los dits delmaris los habitants de Tírvia e aximateix de Burch ni de Farrera ni d’altres llochs no gosen metre negun bestiar fins que ells los solten per lo seu mateix.

Segons lo capbreu nou los hòmens de dits llochs digueren que sobre les dittes coses no saben res, sinó que .ha vist en Pere Vidal que madona Marga­rida senyora de dit lloch prengué una dona que havia nom Na Comdara de Burch, la qual fugí de Burch ha Glorieta e aquí fonch presa, e vehé que a cap de certs dies la dita senyora liurà la ditta dona al baile de Tírvia e la.y tragué al palanchó de Castellarnau. E’més digueren que dins los dits delmaris los habitants de Tírvia, Burch ni Farrera ni de altres llochs no gosen metre negun bestiar fins que ells los solten per lo seu mateix.

Segons los dos capbreus, si’s met so en la terra que han acórrer e en temps de guerra que no•ls poden metra en establida, mas que si lo senyor comte de Foix fa niguna correguda en temps de guerra que hi an de anar.


Pour plus d'informations concernant notre généalogie, veuillez prendre contact avec nous.

Ce site fonctionne grâce au logiciel Humogen © 2001-2022. Géré par Daniel.