Fiche familiale
man‎Pons II Guillaume DE TOULOUSE‏‎, fils de Guillaume III dit Taillefer DE TOULOUSE et Emma de Vénasque DE PROVENCE‏.
Naissance ‎997 Toulouse,31000,Midi-Pyrénées,,FRANCE,, Décès ‎1060 Toulouse,31000,Midi-Pyrénées,,FRANCE,‎, 62 ou 63 ans. Profession: comte de Toulouse, d’Albi, d’Agen et du Quercy de 1037 à 1060
Pons,_Comte_de_Toulouse,_sous_Philippe_le_Hardi_(Année_1280)_-_Fonds_Ancely_-_B315556101_A_NUMA_002.jpg
Pons,_Comte_de_Toulouse,_sous_Philippe_le_Hardi_(Année_1280)_-_Fonds_Ancely_-_B315556101_A_NUMA_002.jpg
Pons,_Comte_de_Toulouse,_sous_Philippe_le_Hardi_(Année_1280)_-_Fonds_Ancely_-_B315556101_A_NUMA_002.jpg


Pons Guillaume de Toulouse († 1060), également nommé Pons II est un comte de Toulouse, d’Albi, d’Agen et du Quercy de 1037 à 1060. Il était fils de Guillaume III, comte de Toulouse, et d’Emma, comtesse de Provence.

Il succède à son père en 1037, et hérite de la totalité de ses biens. Son frère Bertrand n’héritera de la Provence que bien plus tard, vers 1062, après la mort d’Emma. Sa première épouse, Majore, lui apporte des biens et des droits sur l’Albigeois et le Nîmois. En 1038, il partage l’évêché d’Albi avec Bernard Aton Trencavel. Sa politique d’acquisition est à l’origine de la puissance de la maison de Toulouse qui connaîtra un plein épanouissement avec le règne de son fils cadet Raymond de Saint-Gilles2.

Il apparaît ensuite dans une charte de donation de 1040 en faveur de Cluny, puis une charte de Moissac de 1047 le qualifie de comte palatin. Il meurt en 1063 à Toulouse et est inhumé dans l’église Saint-Sernin. Son testament lègue toutes ses possessions à son fils Guillaume, en précisant que s'il venait à mourir sans fils, le tout reviendrait à son dernier fils Raymond.

Il épouse en premières noces une Marjorie († 1044) dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’elle lui apporte en dot des droits sur l’Albigeois et le Nîmois. Pérez de Urbel propose de l’identifier à Major de Navarre, fille de Sanche III, roi de Navarre et de Munia Major, comtesse de Castille, mais le silence des sources contemporaines rend peu probable cette hypothèse d’une origine royale. De ce mariage est né :

Pons le jeune († 1063). L'existence de ce fils et surtout sa date de décès (deux ans après la mort de son père) posent problème. En effet, on ne comprend pas pourquoi son père ne le mentionne pas dans son testament, qui pourtant voit à long terme, car il prépare la succession du premier fils de son second mariage. Aucun document contemporain ne mentionne Pons le Jeune, dont l'existence apparaît dans les Europäische Stammtafeln3 mais n'est pas mentionné par Magné et Dizel4.

Veuf, il se remarie avec Almodis de la Marche († 1071), épouse d'Hugues V, seigneur de Lusignan, (dont le mariage est annulé pour cause de consanguinité) , et fille de Bernard Ier, comte de la Marche, et d'Amélie. De ce mariage sont nés :

Guillaume IV († 1094), comte de Toulouse,
Raymond IV († 1105), comte de Saint-Gilles, puis de Toulouse et de Tripoli,
Hugues (attesté en 1063)5,
Almodis, mariée en 1066 à Pierre Ier de Melgueil, comte de Melgueil, et peut-être, avant 1088, à Robert, comte de Mortain6.

Marié ‎1040 (19 ou 20 ans marié ) avec:

womanAlmodis DE LA MARCHE‏, fille de Bernard 1er DE LA MARCHE et Amélia DE MONTIGNAC‏.
Naissance ‎31 oct 1020 Toulouse,31000,Midi-Pyrénées,,FRANCE, , Décès ‎23 nov 1071 Barcelone,,,,ESPAGNE,‎, 51 ans. Profession: Dame de Lusignan, comtesse de Toulouse, puis de Barcelone, ‎1er mariage avec: Pons II Guillaume DE TOULOUSE, 2ème mariage avec: Hugues V dit le Débonnaire ou le Pieux DE LUSIGNAN, 3ème mariage avec: Raimond-Berenger 1er DE BARCELONE
Barcelona_Cathedral_Interior_-_Sepulchres_of_Almodis_de_la_Marche.jpg
Barcelona_Cathedral_Interior_-_Sepulchres_of_Almodis_de_la_Marche.jpg
Barcelona_Cathedral_Interior_-_Sepulchres_of_Almodis_de_la_Marche.jpg


Almodis ou Adalmode de la Marche (née vers 1020 - morte le 17 novembre 1071 à Barcelone) est une femme de la haute noblesse méridionale médiévale, successivement dame de Lusignan, comtesse de Toulouse, puis de Barcelone, par ses mariages. Elle affirma le caractère politique d'épouse du comte et joua un rôle important auprès de ses différents maris, ainsi que de ses enfants. Elle mena une vie mouvementée qui en fait, comme l'écrit Martin Aurell :

« [une] femme hors normes. Trois fois mariée, après avoir quitté à deux reprises un époux légitime en vie auquel elle avait donné une progéniture ; [...] usufruitière d'un vaste douaire [...] ; correspondante de l'émir musulman de Dènia ; présidant avec son époux aux synodes réformateurs [...] ; tuée enfin par son beau-fils... »

— Martin Aurell, « Almodis et Lucia de la Marche », Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), p. 280.


Almodis fut mariée vers 1038 à Hugues V, seigneur de Lusignan, dont elle eut un fils, Hugues, né en 1039. Mais, pour des raisons de consanguinité, le mariage fut annulé. La période correspond également à un changement d'alliance des comtes de la Marche, qui se rapprochent des comtes de Toulouse.

En 1040, Almodis épouse donc le comte de Toulouse, Pons. Elle lui donne plusieurs enfants : trois fils, les jumeaux Guillaume et Raimond, et Hugues, et une fille, Almodis. Almodis est encore la femme de Pons en juin 1053, puisqu'elle souscrit à cette date l'acte d'union de l'abbaye de Moissac à Cluny. Mais peu après, Almodis fut enlevée par Raimond-Bérenger Ier, comte de Barcelone.

C'est en passant par Narbonne, avant de se rendre en pèlerinage à Rome, que Raimond-Bérenger Ier de Barcelone rencontre Pons et Almodis. Au retour de Rome, il enlève Almodis, qu'il aime, peut-être avec l'aide d'une flotte envoyée par son allié, l'émir musulman de Tortosa. Ils se marient immédiatement, bien que leurs précédents conjoints soient encore vivants. À la demande de l'épouse répudiée de Raimond-Bérenger, Blanche, soutenue par la grand-mère de Raimond-Bérenger, la comtesse douairière Ermessende de Carcassonne, le pape Victor II excommunie Raimond-Bérenger et Almodis pour ce mariage : la sentence est confirmée par un concile des évêques de la province de Narbonne réuni à Toulouse. Raimond-Bérenger Ier et Almodis ont pourtant deux fils jumeaux en 1054, Raimond-Bérenger et Bérenger-Raimond. En 1057, la comtesse Ermessende se réconcilie avec Raimond-Bérenger Ier et Almodis et leur prête hommage. Elle intercède également auprès du pape en faveur de la levée de l'excommunication. Raimond-Bérenger Ier et Almodis se rapprochent également des évêques catalans afin qu'ils écrivent au pape en sa faveur, en soutenant par exemple la reconstruction de la cathédrale romane de Barcelone. Finalement, le pape Victor II cède en 1057. Almodis, dont le mariage est confirmé et qui a donné deux enfants au comte est alors solidement installée.

Almodis joue un rôle véritable à la cour barcelonaise. Elle s'intéresse particulièrement au droit, en particulier aux textes wisigothiques, et participe à la rédaction des Usages de Barcelone. Elle s'occupe également de renforcer le pouvoir de son époux vis-à-vis de ses vassaux catalans. En 1054, elle organise les noces de sa sœur, Lucie, qui l'a suivie à la cour de Barcelone, avec le dangereux comte de Besalù, Guillaume II : cette opération fait rentrer le comte dans la fidélité de Raimond-Bérenger Ier. En 1058, Lucie est mariée au comte de Pallars Sobirà, Artaud Ier. Enfin, Almodis noue même des relations étroites avec les émirs musulmans de Tortosa et de Dénia.

Comme Raimond-Bérenger Ier a eu un premier fils de sa première épouse Elisabeth, Pierre Raimond, auquel est promis l'héritage barcelonais, Almodis s'occupe également de constituer un domaine pour ses fils. En 1066, Almodis se rend à Toulouse pour le mariage de sa fille Almodis avec Pierre Ier, comte de Melgueil, et elle souscrit même une charte en faveur des abbayes de Moissac et de Saint-Gilles avec ses deux fils, Guillaume IV et Raimond IV de Toulouse. Entre 1067 et 1070, à la mort du comte de Carcassonne, Roger, sans descendance, Almodis et Raimond-Bérenger Ier déboursent 50 000 mancus pour racheter les droits des sœurs du comte défunt, Ermengarde et Adélaïde de Carcassonne, la première épouse du vicomte d'Albi et de Nîmes, Raimond Bernard Trencavel, l'autre du comte de Cerdagne, Guillaume Raimond.

Finalement, Almodis essaie de placer ses deux fils, Raimond-Bérenger et Bérenger-Raimond, à la tête du comté de Barcelone, évinçant le premier fils de Raimond-Bérenger Ier, Pierre-Raimond. Celui-ci prend ombrage des tentatives de sa belle-mère. Il l'assassine lui-même à Barcelone le 17 novembre 10711, crime pour lequel il est déshérité et exilé. Almodis est quant à elle enterrée dans la cathédrale de Barcelone.

Almodis laisse une longue postérité, où les rivalités font aussi place aux alliances. Ses enfants se retrouvèrent ensemble à plusieurs reprises dans des expéditions militaires : en 1096, Hugues VI de Lusignan, Raimond IV de Toulouse et Bérenger-Raimond II de Barcelone participèrent tous les trois à la Première Croisade.

Mariages et descendance

Almodis épouse vers 1038 Hugues V († 1060), seigneur de Lusignan et eut :

Hugues VI de Lusignan (1039 - 1101), seigneur de Lusignan.

Pour des raisons de consanguinité, le mariage fut annulé.

C'est cependant de ce mariage que la famille de Lusignan va tirer ses prétentions sur le comté de la Marche tout au long du XIIe siècle, prétentions qui se concrétisent en 1199 lorsqu'Hugues IX de Lusignan devient comte de la Marche.

Vers 1040, Almodis se remarie avec Pons, comte de Toulouse. Ils eurent :

Guillaume IV (vers 1042 -† 1094), comte de Toulouse ;
Raymond IV (vers 1042 - 1105), comte de Saint-Gilles, puis de Toulouse et de Tripoli ;
Hugues ;
Almodis de Toulouse, mariée en 1066 à Pierre Ier, comte de Melgueil.

Après avril 1053, Almodis épouse Raymond Bérenger Ier, comte de Barcelone. Ils eurent quatre enfants :

Raimond-Bérenger II (1053-1082), comte de Barcelone ;
Bérenger-Raimond II (1053-1097), comte de Barcelone ;
Inès , mariée au comte d'Albon, Guigues II18,19 ;
Sancie, mariée au comte de Cerdagne, Guillaume Raimond.

Enfants:

1.
manRaymond IV (Raymond de Saint Gilles) DE TOULOUSE‏
Naissance ‎1042, Décès ‎7 mar 1105 Tripoli,,,,,‎, 62 ou 63 ans. Profession: Comte de Saint-Gilles, duc de Narbonne, marquis de Gothie, comte de Rouergue, marquis de Provence, comte de Tripoli, chevalier croisé
Raymond_IV_of_Toulouse.jpg
Raymond_IV_of_Toulouse.jpg
Raymond_IV_of_Toulouse.jpg


Comte de Saint-Gilles (1060 – 1105), duc de Narbonne, marquis de Gothie, comte de Rouergue (1065 – 1105), (v. 1085 – 1105), comte de Toulouse (1094 – 1105) et comte de Tripoli (de 1102 à 1105, sous le nom de Raymond Ier).

2.
manGuillaume IV DE TOULOUSE‏
Naissance ‎1042, Décès ‎18 fév 1127‎, 84 ou 85 ans

3.
womanAlmodis DE TOULOUSE‏
Naissance ‎± 1047‎
Almodis accueille le Pape Urbain II, venu en la cathédrale de Maguelonne, prêcher la Première Croisade en 1096 : Urbain II viendra prêcher dans la grande cathédrale de Maguelonne à Melgueil (Mauguio), la première Croisade,en 1096. Il en profite pour remercier la Comtesse Almodis, veuve de Pierre de Melgueil, qui, depuis 1085, avait fait don de son Comté au Pontife.

4.
womanPonça DE TOULOUSE‏

Blason de Toulouse.png
Blason de Toulouse.png
Blason de Toulouse.png


Fils de Guerau Alemany I de Cervelló, marié avec Ponça de Tolosa, fille de Ponç II de Toulouse et Almodis de la Marche


Pour plus d'informations concernant notre généalogie, veuillez prendre contact avec nous.

Ce site fonctionne grâce au logiciel Humogen © 2001-2022. Géré par Daniel.