Fiche familiale
woman‎Petronille DE COMMINGES de BIGORRE‏‎, fille de Bernard IV DE COMMINGES et Beatrice III ou Stéphanie DE BIGORRE‏.
Naissance ‎1186, Décès ‎7 déc 1251 Muret,31600,Midi-Pyrénées,,FRANCE,‎, 64 ou 65 ans. Profession: Comtesse de bigorre et de marsan
800px-Armoiries_Comminges_Ancien.svg.png
800px-Armoiries_Comminges_Ancien.svg.png
800px-Armoiries_Comminges_Ancien.svg.png


Pétronille de Comminges ou Pétronille de Bigorre (vers 11841 † 1251) est une vicomtesse de Marsan et une comtesse de Bigorre de 1194 à 1251. Elle était fille de Bernard IV, comte de Comminges, et de Béatrix III, comtesse de Bigorre.

Elle passe son enfance à Muret, mais en 1192, sa mère est répudiée par son père qui exile la mère et la fille en Bigorre, tout en conservant le comté de Bigorre. Mais Alphonse II, roi d’Aragon, le suzerain du comté, n’accepte pas que Bernard conserve la Bigorre et l’oblige à abdiquer en faveur de sa fille. Alphonse fiance ensuite Pétronille à Gaston VI, vicomte de Béarn, malgré leur parenté2. Pétronille, encore jeune, est éduquée à la cour d’Aragon, et épouse Gaston en 1196. Elle s’installe dans le Béarn; son absence dans les documents bigourdans de cette époque semble montrer que Gaston devait la tenir à l’écart de la vie politique de son comté. Gaston meurt en 1214, et le roi d’Aragon la remarie à un de ses cousins germains, Nuno Sanchez d’Aragon, comte de Roussillon et de Cerdagne.

Mais, après la mort du roi Pierre II d’Aragon à la bataille de Muret, l’homme fort de la région est Simon IV de Montfort, le chef de la croisade des Albigeois, qui fait annuler le mariage pour donner Pétronille à son fils cadet Guy. Ce dernier participe à plusieurs faits d’armes de la croisade, est blessé par son beau-père au siège de Toulouse, et est tué au siège de Castelnaudary en 1220.

Amaury de Montfort, fils de Simon et frère aîné de Guy, marie alors sa belle-sœur à un chevalier croisé, Aymeri de Rançon, mais ce dernier est tué au siège d’Avignon en 1226.

Avec son cinquième mari, Boson de Matha, Pétronille revient dans la Bigorre. Son mari l’aide à se maintenir face aux barons languedociens qui lui reprochent d’avoir fait partie du clan des Montfort. Boson, en outre assainit la vallée de Vic, rançonnée par des brigands. Il meurt en 1247, et Pétronille en 1251, laissant la Bigorre à sa fille Alix de Montfort et le pays de Marsan à son autre fille Mathe de Matha.

Elle épouse en premières noces en 1196 Gaston VI († 1214), vicomte de Béarn, mais le mariage reste sans postérité.

Veuve, elle se remarie en 1215 avec Nuno Sanche (1185 † 1242), seigneur de Roussillon et de Cerdagne. Peu après, Simon IV de Montfort fait annuler le mariage.

Celui-ci lui fait épouser en 1216 son fils cadet Guy de Montfort († 1220). De ce mariage naissent :

Alix de Montfort († 1255), comtesse de Bigorre, mariée à Jourdain Eschivat de Chabanais, puis à Raoul de Courtenay, seigneur de Champigneulles.
Pétronille de Montfort, mariée à Raoul de la Roche-Tesson.

À nouveau veuve, elle se remarie en quatrièmes noces en 1221 avec Aymeri de Rançon († 1226), un des compagnons d'armes de son beau-frère Amaury VI de Montfort.

Enfin, elle épouse en 1228 Boson de Matha († 1247), seigneur de Cognac. De ce mariage nait :

Mathe de Matha († 1273), vicomtesse de Marsan, mariée à Gaston VII, vicomte de Béarn.


Simon IV de Montfort, en divorçant Pétronille avait réussi à affaiblir la présence aragonaise sur les Pyrénées. Mais il voulut maintenant annexer la Bigorre. Alors fit-il appel à nouveau aux évêques de Tarbes, de Comminges et de Couserans, afin de convaincre Pétronille de Bigorre d'épouser son fils cadet Guy de Montfort.

Les évêques pyrénéens intimidèrent la jeune comtesse qui, sans le secours des Catalano-Aragonais, ne pouvait guère s'opposer seule aux troupes françaises. Aussi pour sauver la Bigorre son héritage maternel, le Comminges son héritage paternel et épargner la guerre à ses sujets, elle donna son accord pour cette union. En novembre 1216, Pétronille de Bigorre en la cathédrale de Tarbes épousait Guy de Montfort, second fils du chef de la Croisade Albigeoise. Cette union entre Pétronille de Bigorre et Guy de Montfort fut le premier mariage entre haute noblesse d'Oc et d'Oil durant la Croisade Albigeoise. Curieusement ce mariage allait être sentimentalement très heureux. Certes Pétronille aura cinq époux, mais la famille Montfort se préoccupera constamment des descendants nés de ce couple franco-occitan. Pour l'heure, en cette année 1216, la Bigorre était occupée dans le plus grand calme par les Français

Marié/ Relation avec:

manBoson DE MATHA‏, fils de Raoul DE MATHA et N? DE COGNAC‏.
Naissance ‎1190, Décès ‎1247‎, 56 ou 57 ans. Profession: Comte de Bigorre (1228-1247), Vicomte de Marsan (1228-1247), Vicomte de Cognac
De_Matha.png
De_Matha.png
De_Matha.png


Boson de Matha († 1247) est seigneur de Cognac et par mariage comte de Bigorre et vicomte de Marsan de 1228 à 1247. Il était fils de Raoul, seigneur de Matha, et d'une dame de Cognac

Seigneur saintongeais, il épouse la comtesse Pétronille de Bigorre, veuve d’Aymeri de Rancon, et devient ainsi comte de Bigorre et vicomte de Marsan. Pétronille vivait alors dans le Limousin, car issue d’une famille occitane protégeant les Albigeois, elle s’était ensuite mariée à des nobles septentrionaux faisant partie des croisés contre les Albigeois (Guy de Montfort, Aymeri de Rancon) et craignait un mauvais accueil de ses sujets et de ses voisins.

Boson de Matha est un homme de poigne qui lui permet de revenir en Bigorre, après douze ans d’absence. Durant l’absence de Pétronille en Bigorre, et malgré la présence de sénéchaux pour la représenter, des brigands avaient rejoint le pays et le rançonnait. À peine arrivé, Boson se charge d’assainir le comté.

Il attaque en 1232 le comte Bernard V de Comminges, au nom des droits de sa femme sur ce comté. Il ne parvient pas à s’en emparer, mais annexe Saint-Gaudens et une partie du Nébouzan.

En 1242, il rejoint la coalition formée par Raymond VII, comte de Toulouse, Hugues X comte de la Marche et d’Angoulême et le roi Henri III d’Angleterre contre saint Louis et son frère Alphonse, comte de Poitiers, mais, mal organisée, cette coalition est vaincue. Le roi punit Boson en lui confisquant Cognac.
Mariage et enfants

Il épouse en 1228 Pétronille de Comminges († 1247), comtesse de Bigorre et vicomtesse de Marsan. De ce mariage nait :

Mathe de Matha († 1273), vicomtesse de Marsan, mariée à Gaston VII, vicomte de Béarn.

Enfant:

1.
womanMathe DE MATHA‏
Naissance ‎1228, Décès ‎1271‎, 42 ou 43 ans. Profession: Vicomtesse de Marsan
De_Matha.png
De_Matha.png
De_Matha.png


Mathe de Matha, morte entre 1270 et 1273, est vicomtesse de Marsan de 1251 à sa mort et fille de Boson de Matha, seigneur de Cognac, et de Pétronille de Comminges, comtesse de Bigorre et vicomtesse de Marsan.

Elle succède à sa mère en 1251 dans la vicomté de Marsan, tandis que sa demi-sœur Alix de Montfort devient comtesse de Bigorre. Le comté de Bigorre était revendiqué par Simon V de Montfort, comte de Leicester et gouverneur de la Guyenne, à qui Pétronille avait confié le gouvernement à la fin de sa vie, mais qui s'était empressé de considérer que c'était une donation. Mathe et son mari Gaston VII de Béarn soutiennent militairement Alix, puis son fils Eschivat IV de Chabanais contre Simon de Montfort et parviennent à tenir en échec ses prétentions. Pour éviter d'avoir une province en révolte, le roi Henri III d'Angleterre rappelle Simon.

Puis Gaston attaque en 1256 Eschivat, qui ne veut pas céder les biens que Mathe possède en Bigorre. Il assiège Tarbes, mais le prince Édouard d'Angleterre leur impose la paix.

Aucun document ne mentionne la mort de Mathe. Lors des fiancailles de sa fille Guillelme, en 1270, elle est encore vivante, mais son mari est veuf et se remarie avec Béatrix de Savoie le 2 avril 1273.

Mariage et enfants

Elle épouse entre 1245 et 1250 Gaston VII (1225 † 1290) vicomte de Béarn, et donne naissance à :

Constance († 1310), vicomtesse de Marsan et comtesse titulaire de Bigorre, mariée le 23 mars 1260 à Alphonse d'Aragon († 26 mars 1260)(1), le 15 mai 1269 à Henry de Cornouailles (1235 † 1271)(2) et en 1279 avec Aymon II, comte de Genève († 1280).

Marguerite, vicomtesse de Béarn, mariée en 1252 à Roger Bernard III, comte de Foix.

Mathe, mariée en 1260 à Géraud VI, comte d'Armagnac

Guillelme († 1309), fiancée en 1270 (annulation en 1281) à Sanche IV (1258 † 1295), roi de Castille, puis mariée en 1291 à Pierre d'Aragon (3)(1275 † 1296)

https://gw.geneanet.org/pourchonthierry?lang=fr&pz=maxime+richard+jean&nz=pourchon&p=mathe&n=de+matha


Fiche familiale
2ème mariage
woman‎Petronille DE COMMINGES de BIGORRE‏‎, fille de Bernard IV DE COMMINGES et Beatrice III ou Stéphanie DE BIGORRE‏.

Marié ‎1215 (approximativement 27 ans marié ) avec:

manNunó Sanç DE ROUSSILLON‏, fils de Sanche DE ROUSSILLON et Sancha Núñez DE LARA‏.
Naissance ‎± 1190, Décès ‎± 1242‎, approximativement 52 ans. Profession: comte de Cerdagne et de Roussillon, ‎1er mariage avec: Petronille DE COMMINGES de BIGORRE, 2ème mariage/relation avec: Theresa DE HARO
Nunó Sanç est né vers 1190, de l’union du comte Sanç, troisième fils du comte de Barcelone Ramon Berenguer IV et de Petronilla d’Aragon, d’une part, et de Sancha Núñez de Lara, fille du comte Nuño Pérez de Lara et de Teresa Fernandez de Traba, d’autre part. Il est possible qu’il ait passé une partie de son enfance aux côtés de sa mère, dans les royaumes de Castille et de León, patrie des Lara, ou en Galice, patrie des Trava. C’est toutefois au sud de la Catalogne, à Fulleda, aux côtés de sa mère, qu’il apparaît pour la première fois, le 11 novembre 1204, donnant au monastère cistercien de Sobrado de los Monjes, le cinquième de la ville de Sarantes, dans la terre de Trasancos en Galice. Il n’est peut-être pas fortuit de remarquer que cette donation intervient le jour même du couronnement, à Rome, du roi d’Aragon Pierre II, cousin germain de Nunó.

Sources : https://journals.openedition.org/e-spania/27026?lang=es

Nunyo Sanche, en catalan Nunó Sanç, né vers 1190 et mort vers fin décembre 1241 ou janvier 1242, est un comte de Cerdagne et de Roussillon à partir de 1212 et un prince de la maison royale d'Aragon et Barcelone, fils de Sanche de Roussillon, seigneur de Cerdagne par donation de son frère, le roi Alphonse II.

En 1215, Nunó épouse Pétronille, héritière du comté de Bigorre, mais ce mariage est annulé l’année suivante, sous la pression du chef de la croisade contre les Albigeois, Simon de Montfort, qui marie Pétronille à son fils Guy.

En décembre 1221, quelques mois après le mariage du roi Jacques Ier, Nunó se fiance à Gérone, avec Elo Álvarez, probablement parente et dame de compagnie de la reine Aliénor de Castille. À cette occasion, il lui fait donation de plusieurs seigneuries, héritées de sa mère en Castille et León. Mais si Nunó prit soin pendant trois ans de son « affectionnée Elo », prenant à charge certaines de ses dépenses faites à Saragosse, il n’apparaît nullement qu’ils se soient mariés, et la jeune femme disparaît de l'entourage de Nunó autour de 1225.

En 1234, il épouse Teresa, fille de Lope Díaz de Haro, seigneur de Biscaye.

Fiche familiale
3ème mariage/relation
woman‎Petronille DE COMMINGES de BIGORRE‏‎, fille de Bernard IV DE COMMINGES et Beatrice III ou Stéphanie DE BIGORRE‏.

Marié/ Relation avec:

manGaston VI DE BÉARN‏, fils de Guillem II DE MONTCADA et Marie DE BÉARN de GAVARRET‏.
Naissance ‎1172, Décès ‎1214‎, 41 ou 42 ans. Profession: vicomte de Béarn, de Gabardan et de Brulhois
800px-Blason_du_Béarn.png
800px-Blason_du_Béarn.png
800px-Blason_du_Béarn.png


Gaston VI de Béarn (1172-1214) fut vicomte de Béarn, de Gabardan et de Brulhois. Investi comte de Bigorre en 1192 par Alphonse d'Aragon, il est confirmé dans ce titre par son mariage en 1196 avec Pétronille de Bigorre, fille de Bernard IV de Comminges, héritière du comté.

Gaston était le fils de Marie de Béarn, vicomtesse légitime de Béarn depuis 1170, et de Guillaume de Moncade, seigneur catalan, que le roi Alphonse II d'Aragon avait imposé en 1171 comme époux de Marie et vicomte de Béarn. Les nobles béarnais s'étaient révoltés contre l'intrusion aragonaise et avaient successivement nommé deux seigneurs qui furent rapidement exécutés pour n'avoir pas respecté les fors de Béarn. En 1173, une délégation béarnaise se rendit au monastère où Marie s'était réfugiée pour lui demander de leur remettre l'un de ses fils jumeaux nouveau-nés. Marie accepta et leur remit Gaston, qui allait devenir Gaston, sixième du nom.
Durant la minorité de Gaston, la vicomté fut gouvernée par des régents aragonais dont un certain Pelegrino de Castellarzuelo, seigneur de Barbastro. Cette période de l'histoire béarnaise est très mal documentée.

En 1187, à l'âge de 14 ans, Gaston fut déclaré majeur et prêta hommage à Huesca au roi d'Aragon pour sa vicomté de Béarn ; il n'en fut pas de même pour les vicomtés de Gabardan et de Brulhois qui furent ainsi de fait reconnues par Alphonse II comme faisant partie intégrante des possessions du duché d'Aquitaine.

Il ne prit pas part à la troisième croisade (1189-1192), de même que les autres nobles du sud de la France, parce que la région était alors engagée dans un grand conflit confrontant les couronnes d'Aragon-Catalogne d'une part et de Toulouse de l'autre. Durant cette lutte, le Béarn se trouvait clairement du côté aragonais.

En 1194, il mit fin au conflit territorial avec le vicomte de Dax, en renonçant aux petits territoires de Mixe et Ostabarret et en recevant en échange la ville d'Orthez.
En 1196, il conclut également une paix avec son voisin le vicomte de Soule. Cette même année il épousa sa cousine Pétronille, héritière du comté de Bigorre et de la vicomté de Marsan. Gaston parvint ainsi à établir la paix avec tous ses voisins immédiats.

Barcelone s'imposa à Toulouse, qui demanda une trêve, mais ceci ne ramena pas la paix dans la région car le pape Innocent III lança en 1208 une croisade contre les Cathares, un mouvement religieux installé surtout dans le Languedoc. Une armée française (c'est-à-dire composée de chevaliers d'Île-de-France) sous le commandement de Simon de Montfort envahit la région. Divers nobles occitans furent dépossédés de leurs territoires, et comme ils étaient des vassaux du roi d'Aragon Pierre II d'Aragon, ce dernier se sentit obligé de les protéger. Le pape ordonna à Gaston de ne pas intervenir contre les croisés mais celui-ci n'en tint pas compte et participa à la contre-attaque qui obligea Simon de Monfort à lever le siège de Toulouse (1211). Il prit également part à la désastreuse attaque contre Castelnaudary. Gaston n'agissait pas de la sorte pour des motifs religieux (il n'y avait pas de Cathares en Béarn ni en Bigorre) mais par fidélité au roi d'Aragon.
Les conséquences pour Gaston furent désastreuses. Quelques croisés aquitains le dépossédèrent de la petite vicomté de Brulhois. Il fut de plus excommunié par le concile de Lavaur et ses terres déclarées sans seigneur par le pape.

Le 27 janvier 1213, Gaston prêta une fois de plus hommage au roi d'Aragon, suivi cette fois par les comtes de Comminges, de Foix et de Toulouse. Pierre II réalisait ainsi son projet de grand état trans-pyrénéen, assurant sa domination de l'Èbre jusqu'à la Provence, incluant les deux versants des Pyrénées. Mais tout fut remis en cause le 12 septembre par la défaite et la mort de Pierre II lors de la bataille de Muret. Gaston ne put se joindre à cette bataille parce que le roi d'Aragon, par excès de confiance, n'avait pas laissé le temps à tous ses vassaux de se joindre aux troupes.

Peu après la bataille de Muret, le pape accorda publiquement son pardon à Gaston VI ainsi qu'au comte de Comminges. La pénitence fut légère : donner à l'évêque d'Oloron les seigneurs de deux quartiers de la ville. Gaston récupéra également la vicomté de Brulhois.

Sa fidélité au roi d'Aragon fut clairement explicitée dans le Llibre del Fets (chapitre 37) du roi Jacques Ier d'Aragon, qui le mentionne aux côtés de son frère Guillaume comme l'un des rares qui l'accompagnèrent au siège de la ville de Tamarite de Litera.

Gaston mourut sans descendance en 1214. Son frère jumeau, Guillaume-Raymond lui succéda. La Bigorre revint de nouveau à sa femme, qui se remaria peu après.

Fiche familiale
4ème mariage
woman‎Petronille DE COMMINGES de BIGORRE‏‎, fille de Bernard IV DE COMMINGES et Beatrice III ou Stéphanie DE BIGORRE‏.

Marié ‎13 nov 1216 (3 ans marié ) avec:

manGuy DE MONTFORT‏, fils de Simon IV DE MONTFORT et Alix DE MONTMORENCY‏.
Décès ‎3 août 1220 Castelnaudary,11400,Aude,Occitanie,FRANCE,. Profession: Comte de Bigorre
Guy de Montfort, tué à Castelnaudary en 1220, fut comte de Bigorre de 1216 à 1220. Il était fils de Simon IV, seigneur de Montfort, vicomte de Béziers et de Carcassonne, et d'Alix de Montmorency.

Né à la fin du XIIe siècle, il rejoint aider son père pendant la croisade des albigeois. Celui-ci le maria le 6 novembre 1216 à une noble locale, Pétronille de Comminges († 1251), comtesse de Bigorre et vicomtesse de Marsan, fille de Bernard IV, comte de Comminges, et de Stéphanie, comtesse de Bigorre. Ils eurent :

Alix († 1255), comtesse de Bigorre, mariée à Jourdain de Chabannais, puis en 1247 à Raoul de Courtenay, seigneur de Champigneules ;
Peronelle (Pétronille), mariée à Raoul Paynel dit Tesson.

Il combat ensuite aux côtés de son père au siège de Toulouse (1218), mais celui-ci y fut tué, écrasé par un rocher projeté d'une pierrière. Amaury VI de Montfort n'ayant pas le sens stratégique de son père, les seigneurs occitans se révoltent et reprennent leurs droits. Guy fut tué en 1220 (certains disent le 4 avril, d'autres le 27 juillet) lors d'un engagement à Castelnaudary.

Enfant:

1.
woman‎Alix DE MONTFORT‏‎
Naissance ‎1217, Décès ‎1255‎, 37 ou 38 ans. Profession: Comtesse de Bigorre
Alix de Montfort, née entre 1217 et 1220, morte en 1255, est une comtesse de Bigorre de 1251 à 1255. Elle était fille de Guy de Montfort et de Pétronille de Comminges, comte et comtesse de Bigorre et vicomtes de Marsan.

Son père meurt en 1220 au siège de Castelnaudary et sa tutelle est assurée par son oncle Amaury VI de Montfort. En 1227, sa mère se remarie pour la cinquième fois avec un noble poitevin, Boson de Mathas-Chabanais, il leur naît peu après une fille, Mathe. Afin de consolider cette alliance, Amaury de Montfort donne son accord en 1230 au mariage entre Alix de Montfort et Jourdain Echivat, seigneur de Chabanais, un jeune parent de Boson de Matha1. Lors du mariage, il est convenu que la Bigorre reviendra ensuite à Alix, tandis que le pays de Marsan sera l’héritage de Mathe.

À la fin de sa vie, Pétronille devenue veuve confie la gestion de la Bigorre à son beau-frère Simon V de Montfort et se retire au monastère de l’Escaladieu. Mais celui-ci l’interprète comme une donation et tente d’évincer Alix, qui reprend le contrôle du comté avec l’aide de son second mari. Elle succède à sa mère en 1251, mais meurt peu après, en 1255.


Elle épouse en premières noces Jourdain Eschivat III, seigneur de Chabanais et de Conflent, et donne naissance à :

Eschivat IV († 1283), comte de Bigorre
Jourdain, mort avant 1283
Laure († 1316), marié à Simon de Rochechouart, seigneur d’Availles, puis à Raymond V, vicomte de Turenne

Elle se remarie en secondes noces en 1247 à Raoul de Courtenay († 1271), seigneur d'Illiers-en-Auxerrois, comte di Chieti, fils de Robert de Courtenay, seigneur de Champigneulles et petit-fils de Pierre Ier de France, seigneur de Courtenay.


Pour plus d'informations concernant notre généalogie, veuillez prendre contact avec nous.

Ce site fonctionne grâce au logiciel Humogen © 2001-2022. Géré par Daniel.